Ainsi parlait Maa Tiya, Adoratrice de l’Un (Récit didactique. Extrait 1)


Elle referma religieusement le Rouleau Sacré, le serra contre sa poitrine et se plongea dans un profond silence. Elle semblait comme immergée dans les abîmes d’un océan. Le jeune homme l’arracha à ses méditations. "Puisse Dieu t’accorder longue vie, Naé (Mère). Mon oreille est accrochée à tes lèvres. Nourris-moi encore du lait de tes paroles". 

Télécharger le texte pdf:

CE SITE A ÉTÉ CONSTRUIT EN UTILISANT